[:fr]Bonjour,

Je suis Anais Verspan, 36 ans, Pointoise à l’origine, je vis entre Paris et la Guadeloupe. Je suis artiste visuelle dont le sujet principal est la Guadeloupe dans ses mès é labitid’ (us et coutumes).

J’ai deux devises :

“Viv’ vi aw pa van nanm aw” (Vis ta vie sans vendre ton âme) de moi-même.                                                                    “kwé san lass” (Croire sans fin) de Lockel.

Origine de ta devise personnelle : Un soir pour le réveillon à la maison, il y avait une grande pancarte où avec des amis, nous avions tous inscrits nos résolutions pour 2006. Il y avait des inscriptions comme “cette année, je relève la lunette des toilettes” ou “j’arrête de simuler au lit”.                                                                                                                  J’ai écris: “Tchip, viv’ vi aw pa van nanm aw” car chaque année on fait des solutions et on ne les tient pas. Quand j’ai créé afroexcentrik (magasin de prêt-à-porter) c’était aussi mon slogan.

 Viv’ vi aw, pa vanm nanm aw 

Sa signification : Quelque soit qui tu es, on est tous différents, mais une chose nous rassemble c’est l’âme, les valeurs, l’amour.Des fois, on l’oublie et on vend très rapidement notre âme, surtout dans cette société où on te vends le bonheur, il faut acheter ceci, être comme ça. Une phrase qui est super simple mais qui est universelle.             C’est aussi une manière de diversifier mes produits. En dehors de mes tableaux, j’ai le souhait de faire des produits dérivés dont le tee-shirt Viv’ vi aw, pa vanm namm aw.

Une odeur, un son, un moment que tu affectionnes au Pays:

Le 1er dimanche de Janvier, le carnaval commence, quand il y a l’odeur de l’encens, tu es encore loin mais tu entend le mas a po qui arrive, il y a l’effervescence, l’excitation, ça c’est magique.

Quels sont tes plats préférés ?

Le calalou de mon papa, le migan (de fruits à pain) de ma mamie et le poisson frit de ma maman.                             

Le calalou de papa, c’est magique.  Toute la journée, je m’assois et je mange du crabe.  Il en congèle pour moi. Quelque soit le moment de l’année, quand je rentre au Pays, j’ai du calalou qui m’attend.

Le migan de ma grand mère, pour moi c’est une richesse, la cuisine c’est un patrimoine culturel dans ma famille. Je sais le faire comme elle, elle le fait. C’est l’amour de ma grand mère, j’ai une relation particulière avec le goût et le goût me rappelle un tas de trucs, et je me sens bien.

Le poisson frit, le lambi de ma maman, c’est tip top.

 Ah le calalou de mon papa, c’est magique ! 

Tes lieux préférés:

Un seul lieu me viens, c’est la pointe des châteaux.  C’est un lieu très fort en terme d’énergie je trouve, d’une manière tellurique, chaque fois que j’y vais, je me ressource. C’est comme si la mer me nettoyais.                      Comme c’est la mer atlantique, elle est forte, elle te ramène à toi en tant qu’homme, tu es petit donc calme toi, (rires). Le fait d’avoir la croix en plus, c’est beau. Si je passe les fêtes de fin d’année en Guadeloupe, le 1er janvier j’y vais pour me nettoyer, c’est aussi un lieu où il y a des souvenirs forts.

pointe des chateaux            crédit photo: Adéola Bambé

A découvrir absolument :

Les excellentes glaces de l’artisan glacier pâtissier de Fabienne Youyoute.

Les bons plans de l’application Food’Île

Une chose insolite à faire :

Faire un « AKA ». Un kout tanbou organisé chez un particulier mais an fait c’est l’essence et l’âme de la Guadeloupe en quelques heures. On appelle cela en Guadeloupe mès é labitid a Gwadloup.

Se faire un tee-shirt peint et signé de l’artiste populaire Joël Nankin à la rue piétonne de Pointe à Pitre et prendre une bonne vibe du gwo ka urbain, c’est une institution lol !

Deux grands artistes Pays: Joël Nankin (en noir) et Dominik Coco, chanteur, crédit photo: HappyMan photography

Un artiste à connaître absolument:

JORGE ROVELAS dans son atelier qui est sa maison pour le personnage atypique qu’il est, son savoir-faire et sa passion pour la matière et l’Homme.

Un(e) Guadeloupéen(ne) que tu apprécies ?                              Döry (Dörysélèsprika) pour sa vision de la langue matricielle des Guadeloupéens, le créole. Elle joue avec ses images, son histoire et la modernise artistiquement.

Une expression, un proverbe, un créolisme que tu aimes :      « La vi sé on fanm fòl » la vie est une femme folle. Je rajouterais an pli fòl ki-y !!!! je suis plus folle qu’elle !

 

 Je trouve que nous sommes des gens heureux, d’amour, n’en doutons pas. 

Qu’est ce qui te rend fière d’être Guadeloupéenne ?

TOUT !

Ce sentiment nationaliste, peut-être un fantasme pour certain mais tellement palpable, ancré, qu’il définit le « NOU » guadeloupéen !  Par rapport à notre histoire , je trouve que nous sommes des gens qui nous nous accrochons à la vie, des gens heureux, des gens d’amour.  Il ne faut pas douter de ça ; malgré certaines mutations de la société Guadeloupéenne.

Un plaisir que tu ne peux vivre qu’en Guadeloupe :

Le Carnaval, il y en a pas deux comme celui de Guadeloupe.                                                                                                Pour les groupes à po par exemple, il y a tout un process à respecter pour vivre réellement l’expérience du màs. Je trouve ça immense. De part, l’origine même du carnaval, il canalise la population.

Notre carnaval est puissant, pour moi, il régénère le peuple.

Je suis tellement fière de mon peuple, c’est là où tu vois des chorégraphes, scénographes, de plus en plus de décors immenses. Chaque année je vois l’évolution et pourtant je suis plutôt màs à po.                                         L’organisation est démente chaque année. J’aimerais qu’on crée beaucoup plus de métier autour de cela. Créer un musée du carnaval, il y a les énergies pour le faire. Il faut que ce soit comme une économie au Brésil.

La première année où je suis arrivée à Paris, je n’ai pas pu rentrer pour le carnaval, et bien chaque dimanche j’ai pleuré.

 

 

 

Et  si vous viviez notre si beau carnaval de l’intérieur? Découvrez ce que Créole Trip vous propose.

Si la Guadeloupe d’Anaïs vous a plu, partagez l’article, 😉 et retrouvez d’autres déclarations d’amouuur pour la Guadeloupe sur le blog !

 

 

 

Pin It on Pinterest

Share This